Forum destiné aux stagiaires et passionnés du 3 mâts barque Belem
 
AccueilAccueil  GalerieGalerie  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  Connexion  

Partagez | 
 

 Récit du Commandant sur le stage 9bis (ou 33)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Myriam Villert
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 1754
Localisation : Orly
Nb de stages : 30
Nb de jours : 171
Nb de milles : 14 379 milles :

- Traversée Atlantique en 2008
- Maroc 2009
- Irlande 2010
- Tour de Corse 2011
- Iroise Manche Méditerranée
de 2004 à 2007

Date d'inscription : 24/05/2004

MessageSujet: Récit du Commandant sur le stage 9bis (ou 33)   Dim 20 Juin 2004 - 13:55

(c) Fondation Belem - http://www.fondationbelem.com

Récit d'Eric Saint Plancat :



"Samedi 22 mai 2004 :

La brise d'Est nord-est a fraîchi, plaquant vigoureusement le Belem le long du quai. Il ne va pas être facile d'appareiller dans ces conditions. Même avec l'assistance du petit remorqueur Corsaire Malouin, nous avons un mal fou à arracher le navire à ce quai qu'il semble tant aimer, à croire qu'il a décidé de passer le week-end à Saint-Malo ! Plusieurs tentatives sont nécessaires, et il faudra même passer deux remorques au Corsaire, en « patte d'oie » entre l'avant et l'arrière... Cette manoeuvre de départ laborieuse prend plus de temps que n'avait prévu l'officier de port, et alors que nous nous présentons devant l'écluse nous voyons le pont se refermer, pour laisser passer les automobilistes impatients ! Il faut faire demi-tour, et se replacer face au vent dans le milieu du bassin, en attendant l'ouverture... Le second met la barre toute à gauche à l'aide de la télécommande hydraulique, lorsque nous entendons un sinistre craquement provenant de l'arrière : une pièce mécanique s'est engagée dans le système de la barre, faisant reculer l'ensemble, et la barre à roue est cassée net, venant en butée sur les caillebotis !! Pas de chance, ce matin...

Le pont s'ouvre. Nous nous laissons dériver pour nous placer dans l'axe de l'écluse. Avec un moteur embrayé en arrière nous avançons encore, propulsé par le vent qui nous pousse la hanche tribord... Allez, on y va. Une petite impulsion pour avoir la vitesse nécessaire pour gouverner, puis il faut viser juste... Le remorqueur nous accompagne à l'avant, il nous guide mais ne pourra pas nous freiner. Poussé par la brise dans le gréement, nous entrons dans l'écluse à une vitesse impressionnante. Moteur bâbord en arrière toute, la barre est toute à gauche mais le capricieux navire vient encore à droite, il veut monter sur le quai. Garder son sang-froid, ne pas avoir peur : un bon coup de fouet en avant sur le moteur tribord ! Ouf ! il se redresse... Maintenant il faut l'arrêter avant la porte aval : en arrière toute les deux machines. La garde est envoyée rapidement par les matelots de l'avant, cette amarre va participer au freinage. Finalement le Belem s'immobilise dans l'écluse, tribord à quai, comme prévu ... Ouf.



Seulement voilà, la barre à roue est cassée. Avec un tel vent, il n'est pas question de gouverner sous voiles avec le système hydraulique, qui n'est pas assez puissant. Et puis il y a de la mer : dès le phare du Grand jardin certains stagiaires sont bien pâles... Pour laisser le temps au charpentier de réparer la barre, aux estomacs malmenés de retrouver le goût de la nourriture, et pour donner un sens à une journée commencée sur les chapeaux de roue, nous allons mouiller à Chausey. Nous y sommes en deux heures de moteur, bien à l'abri, et l'archipel enchante autant ceux qui le découvrent que ceux qui y étaient avec nous il y a deux jours. La lumière, la marée, rien n'est jamais pareil. Pendant que les stagiaires se dégourdissent les jambes sur la Grande île, le bosco et le charpentier entreprennent l'opération de la grande blessée. Et en fin de journée nous fêtons tous ensemble leur succès en buvant un punch autour de la convalescente. L'image de la barre au milieu du grand roof est assez inhabituelle et nous lui chantons quelques chants de marins pour l'aider à se rétablir. Il est convenu qu'après une bonne nuit de collage elle reprendrait du service...



Dimanche 23 mai 2004 :

Les stagiaires aussi ont eu droit a une bonne nuit de sommeil. Et au matin la barre a repris fièrement sa place, la réparation est invisible et on ne se douterait pas de ce qu'il lui est arrivé. La brise s'est calmée, laissant présager une navigation bien plus agréable que la veille. Nous voulons appareiller à la voile : il faut faire preuve d'encore un peu de patience pour attendre la renverse du courant. C'est ainsi que l'on naviguait il y a un siècle, sans moteur la nature dicte l'heure du départ. Nous occupons ce moment en cours de manoeuvre, description du gréement et ascension de la mâture."



***********************************************************************************

captain

Consultez les photos sur http://www.greements.com

_________________
Bien amicalement,
Myriam


Gréements.com
AmisDesGrandsVoiliers.org

Cliquez :
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.greements.com/
 
Récit du Commandant sur le stage 9bis (ou 33)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Stage d'entreprise 3éme
» Week end stage Delgado
» Stage pour parer seul son cheval
» Stage GT DRIVE.COM
» stage karate itkf

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les Stagiaires du Belem :: Saisons antérieures :: Saison 2004 :: Stage n° 9 bis / Saint Malo - Saint Malo 2004-
Sauter vers: